samedi 27 octobre 2012

"ENTRE ONZE HEURES ET MINUIT" (de Henri Decoin, 1949)


En quelques mots : Il s'en passe des choses entre onze heures et minuit ! Le cadavre d'un avocat est à peine découvert par l'inspecteur Carrel que celui-ci apprend qu'un homme a été tué dans un tunnel et qu'il lui ressemble à s'y méprendre. La nouvelle n'est pas diffusée et le mort réapparaît sous les traits du policier qui va intégrer la pègre et mener son enquête de l'intérieur.

Les premières minutes donnent le tournis et annoncent un film incontournable ! L'introduction en voix-off n'est pas sans en rappeler une autre, celle de La dame d'onze heures, par son originalité de ton ; on y voit en effet un couple sortir du cinéma, septique sur l'existence des sosies, et se retrouver face à leurs doubles. Elle cite en outre de véritables films et acteurs : Edward G. Robinson dans Toute la ville en parle (1935) et ... Louis Jouvet dans Copie conforme ! Il fallait oser.

Lequel Jouvet apparaît quelques minutes plus tard, éclairé par un métro qu'on imagine être le cadre de la scène. Erreur puisqu'il s'agit d'une fenêtre ouverte dans un appartement, formidable idée de mise en scène du réalisateur Henri Decoin, très en forme sur ce film. Je ne me lasserai jamais d'entendre les premiers mots de Jouvet au début d'un film et quelques répliques, signées Henri Jeanson, qui lui vont comme un gant : "Vous m'avez l'air d'être un sacré cheval, vous !" lâche-t-il à la gentille secrétaire d'un avocat assassiné.

Après dix minutes aussi réussies, le reste paraît - il fallait s'y attendre - un peu plus banal, bien que la tenue de ce film soit absolument irréprochable. Mieux qu'un simple polar, le spectateur découvre les éléments de l'enquête en même temps que Louis Jouvet, glissé dans la peau d'un gangster grâce à son étonnante ressemblance avec lui, ce qui assure toute l'intérêt de ce film prenant, au dénouement un peu mou.


Admirablement photographié et réalisé, Entre onze heures et minuit offre également, ce qui est rare, un excellent travail sur le son. Il faut écouter avec quel soin la plupart des scènes sont mixées, notamment quand il y a une fenêtre ouverte, et rendre hommage à l'ingénieur du son William-Robert Sivel.

Outre Jouvet, vieillissant mais impérial, on retrouve Madeleine Robinson, efficace sans être irremplaçable, la jolie Gisèle Casadesus au début de sa carrière cinématographique, Robert Vattier dans un rôle de patron truand et Léo Lapara que son ami et maître Jouvet passe son temps à appeler "imbécile" - une vengeance scénaristique de Henri Jeanson paraît-il ...

2 commentaires:

Al Capitaine a dit…

J'aime le cinéma d'Henri Decoin mais ce film là je ne l'ai pas vu. A vrai dire je n'ai pas vu tant de films que cela de Decoin. Je pense notamment à Razzia sur la schnouf qui est très bon. Je ne sais si ça s'écrit comme ça. Le duo Gabin-Ventura est irréprochable.

Je ne connais pas ce film dont tu fais référence mais il donne vraiment envie. Surtout que j'ai un gros faible pour les polars de ces années là, alors je ne peux qu'aimer. Je n'ai jamais entendu parler de Henri Jeanson : ne serait-il pas le Michel Audiard des années 1940/50 ?

Bonne continuation Julien, c'est très sympa tout ça...

JM a dit…

Oui, Henri Jeanson est un des très bons dialoguistes de l'entre deux guerres, avec Jacques Prévert.

N'oublions pas Charles Spaak, qui était plus scénariste, mais qui a signé certains dialogues (notamment LA VIE DE PLAISIR, LES BAS-FONDS et même BLAGUE DANS LE COIN avec Fernandel, que j'ai évoqué sur ce blog).

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...